Innunguaq

Inukshuck
Vitrail de Philippe Hainault

Art poétique
Pour Philippe

Depuis ce temps-là… il marche
Dans ses propres pas
En boucle fermée, tel qu’il a été conçu
Comme si sa vie était un rêve devenu réalité

Depuis le temps de l’écriture… il retourne
Dans ses propres pas
Pour réviser tout ce qu’il a déjà vécu
Comme si son destin était un rêve infini

De rafale en rafale
Dans l’aveuglement du blizzard
L’enfant pose ses pieds devant lui… ses galoches
S’enfoncent dans l’évanescence de ses empreintes

Depuis lors, le temps qui passe et repasse
Se mesure à la profondeur
De ses traces dans ce champ de neige
Comme dans le vif de la chair de cette page

Et au-delà de ses pas, peu importe
Que la ligne de son sentier s’estompe
Car sous les aurores boréales comme guide
Il n’y a que le Nord et le Cœur de son Inukshuck.

[1] «Par extension, le mot inukshuk en est venu à désigner, dans l’art inuit, à partir des années 1960[], puis dans la culture populaire, une construction de pierres adoptant une forme humaine. Un tel monument anthropomorphe est, en inuktitut, plutôt considéré comme un inunnguaq (pluriel : inunnguait), signifiant ‘ce qui ressemble à un être humain’ ». Wikipédia

Publié par

Gaston Tremblay

Poète, romancier, essayiste, éditeur Gaston Tremblay a aussi été administrateur d’organismes artistiques.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s