Des personnages et des personnes

Depuis quelques mois, je visionne à la télévision des films « classiques »… enfin de vieux films américains qui datent de l’âge d’or des États-Unis d’Amérique, bien avant que Bush-fils et Trump l’avilissent complètement. Je qualifierais mon assertion par une seule proposition, contrairement à Trump Bush-fils n’était pas raciste.
Selon la fiche IMB, qui lui accorde un 1 pour la qualité, High Noon (1952) est le meilleur des deux films dont j’aimerais vous parler. Il s’agit d’un western tourné dans un petit village construit sur un lot de studio de cinéma qui brille comme une supernova dans le ciel noir et blanc des années cinquante. Même aujourd’hui, 75 ans plus tard, Gary Grant et le personnage de son épouse sont les héros incontestables de ce film, car tous les autres personnages sont des lâches ou tout simplement des malfrats qui, dans les temps modernes, s’aligneraient certainement derrière Trump. À voir, par la qualité de son scénario et de sa 12_angry_mentrame sonore qui rythme la trame narrative comme un tambour dans une galère romaine.

Si le deuxième film ne récolte qu’un « 2 » dans sa fiche IMB, Twelve Angry Men (1957) est devenu en 2019, étant donné l’impact des agissements de Donald Trump, beaucoup plus pertinent que le film de Gary Grant. Ce scénario, 1954, fut premièrement écrit pour une production de téléthéâtre, pour être ensuite adapté pour le cinéma (1957) et pour le théâtre sur Broadway. La popularité de cette histoire dans les années cinquante nous laisse entrevoir une Amérique qui était déjà grande, si ce n’est pour le consensus qui s’établit dans la salle de jury, et dans le pays, par rapport au racisme flagrant qui défigure le personnage de l’un des juristes qui aurait pu, autrement, être le vénérable vieillard de l’ensemble. La scène de résolution de ce conflit est de toute beauté.

Enfin, aux trois règles du théâtre classique, un seul temps, un seul lieu, une seule action, s’ajoute une quatrième règle : un seul genre humain. Il n’y a pas une seule comédienne sur ce plateau. Certes, on fait allusion à une femme qui témoigne pendant le procès, mais son personnage est beaucoup plus intéressé par l’apparence de sa personne que par sa responsabilité de dire la vérité. Elle n’hésite pas à témoigner pour se mettre en valeur, comme Shirley-Ann Conway devant la maison blanche ce qui contraste avec le comportement courageux de l’épouse dans High Noon.

Je ne vous en dis pas plus, car il y a plusieurs autres trouvailles et bijoux dans ce film. Je vous recommande ce film,  car il dépeint ce qu’était la grandeur de  l’Amérique when it was really great.

Bon cinéma.