Catégories
Évènement public Poésie

Décès de l’écrivain sudburois Michel Dallaire (1957-2017)

michel-dallaireC’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès, survenu le mardi 25 avril, de l’auteur MICHEL DALLAIRE. Celui-ci a publié sa première oeuvre, Regards dans l’eau, en 1981 aux Éditions Prise de parole et, tout récemment, il avait offert le recueil à deux voix, Nomadismes, en collaboration avec l’auteure marocaine Aziza Rahmouni.
 Son oeuvre, qui couvre une période de 35 ans, comprend une dizaine de recueils de poésie, des recueils de nouvelles et trois romans, dont Violoncelle pour lune d’automne (L’Interligne) pour lequel il a reçu le prix Trillium en 2015. Éditeur, il a accompagné dans la création de nombreux auteurs et poètes, et a écrit des
textes de chanson, notamment pour Stef Paquette et Chuck Labelle.
Gaston Tremblay, premier directeur des Éditions Prise de parole,
rappelle certains jalons de la contribution de Michel :
« À l’instar des poètes fondateurs de Prise de parole, Michel
Dallaire participe à un collectif de poésie à l’Université
Laurentienne, dont le travail conduira à la publication de deux
numéros, en 1981 et 1982, de la revue La Souche. En 1982,
Michel se joint à l’équipe de Prise de parole à titre d’adjoint au
directeur et de directeur littéraire. Il jouera un rôle clé dans le
virage vers la prose que prendra la maison d’édition au milieu des
années 80, y attirant des auteurs comme Marguerite Andersen,
Hélène Brodeur et Paul-François Sylvestre. C’est aussi à cette
époque qu’il publie un premier roman, L’œil interrompu (1985),
devenant rapidement un des auteurs phares de sa génération. La
poésie qu’il créera pendant sa prolifique carrière fait preuve d’un
sens inné de la musicalité. Ce n’est pas un hasard s’il collaborera
avec plusieurs musiciens, dont Daniel Bédard. »
J’ai pris le temps de respirer la vie
d’écouter un étroit ruisseau
démêler le noeud de mes pensées
d’être au lieu de faire
je me suis laissé inspirer
par une symphonie lointaine douce claire
un air de flûte apaisant
une méditation verticale prolongée
mon coeur s’est posé sur des ailes
j’ai été muet
j’ai perdu mon nom
j’ai vu le fond ardent de l’horizon
un soleil couchant
un rêve d’enfant
 (Regards dans l’eau, 1981)
Son départ laisse un grand vide… Nos plus sincères
condoléances à sa famille et à ses proches, à tous ceux et celles
qui ont été touchés par la grâce de sa générosité.
Denise Truax
Gaston Tremblay

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s