Vos commentaires au sujet du Grand Livre

L’homme aproximatif de Marie Surprenant

Les commentaires que j’ai reçus depuis le lancement…

_____________________________________

Gaston,

Le Grand Livre me trouble.

J’ai achevé ce matin la lecture de l’épreuve maison que Pdp m’a fournie en prévision de mes animations au Salon du livre. Pour ce livre, beaucoup plus encore que pour n’importe quel autre livre, j’aurais bien aimé juste garder ma lecture pour moi, comme on le fait pour la plupart des livres qu’on lit. Mais il va falloir en discuter au Salon du livre du Grand Sudbury.

Je crains cette discussion devant public parce que je n’ai pas envie de parler de ton livre. Je n’ai pas envie d’en parler parce que ça serait comme essayer de parler d’une musique qu’on aime. C’est très difficile de décrire ou même de commenter une musique. Et quand on fait l’effort, même le meilleur effort, à la fin le résultat n’est presque jamais très utile ou intéressant. Parce que la musique, c’est la musique, et rien d’autre ne l’est ou ne le sera. Rien qui essaierait de l’exprimer ou de l’évoquer autrement qu’en elle-même n’arrivera à la faire ressentir comme elle-même se fait ressentir. Or, le Grand Livre est une musique, une ambiance, un air du temps, une émotion, celle d’une jeunesse et de qui en reste. Elle s’entend vivement et assurément, mais d’une manière qui, paradoxalement, a peu à voir avec ce qu’on lit. C’est juste là, ça flotte autour, comme une immense présence à part ou à côté de l’histoire, qui est dans le lecteur plutôt que dans le livre.

Tu as su trouver un lieu d’écriture au-delà de la fiction, au-delà de la biographie, au-delà de l’histoire, au-delà de la mémoire. Ou peut-être en deçà de tout ça, en un lieu plus près de la vérité du vrai monde et de la vraie vie, qui n’est généralement pas, on le sait trop bien, celui de la littérature et des arts. En tout cas, dans un lieu de vérité troublante qui me fait sentir que ce n’est pas un livre qui s’essaie, c’est un livre qui est.

Gaston, le Grand Livre est grand, vraiment. Il est immense. Il me trouble par sa vérité, son honnêteté, par la sensation de présence du souvenir, l’audace du franc dévoilement de ta jeunesse qui, sans la charge émotive que tu as su communiquer, ne serait pas grand-chose de plus qu’une banale histoire d’adolescent.

Normand R…

______________________________________

8 juin

Je le recommande fortement aux admirateurs d’André Paiement qui se posent les mêmes questions que je m’étais posées. Merci M. Tremblay. Lecture émouvante, enrichissante.

Reçu de Guy

______________________________________

11 juin

J’ai acheté et lu avec un grand intérêt votre dernier roman intitulé « Le grand livre » l’histoire m’a plu, j’ai bien aimé l’amitié qui s’est développé dans votre groupe les travailleurs de l’Action catholique.

J’espère que ce roman a été libérateur pour vous. Il m’a permis de vous connaître quelque peu aussi. Si vous avez d’autres écrits sur le sujet et que vous voulez bien les partager faites- moi signe.

La fin du volume vous dites si Dieu existe, moi j’ai la foi et j’en suis convaincu, je vous souhaite la même chose.

Mes salutations,

Pierre L…

______________________________________

Reçu le 19 juin

Cher Gaston,

J’espère que j’ai ta bonne adresse courriel.

Je viens de terminer la lecture de ton (votre?) grand livre. Je tiens à te dire que, pendant ces quelques jours de lecture, j’ai été habité d’une grande joie. Je ne sais pas trop pourquoi.

Peut-être parce que je me retrouvais la dedans, un gars qui a grandi dans le même genre de petit village du nord, à la même époque. Qui a vécu un peu des expériences semblables.

Peut-être aussi parce que j’étais fier de ce que tu as accompli avec ce livre, fier de t’avoir toujours considéré comme un ami même si nous n’avons jamais été très proches. Peut-être justement parce que ce livre nous rapprochait.

Ou encore, peut-être ressentais-je tout simplement la joie un peu égoïste de découvrir un grand livre. Comme ce que j’ai ressenti en lisant Les misérables à l’été de mes 16 ans, comme quand j’ai découvert L’équilibre du monde de Rohinton Mistry il y a quelques années.

Parce que, je tiens à te le dire, avec ce livre, tu atteins un niveau d’écriture exceptionnel. Tu passes au niveau des grands. Et, non seulement en suis-je heureux en tant que lecteur, j’en suis heureux pour toi.

Je pense que plusieurs éléments de ton écriture en font un grand livre, mais je dois t’avouer que, pour moi, ça tient beaucoup à ta grande générosité. Dans le roman, Toots et toi parlez souvent de « se donner » et je crois que ce don de soi est un des fils conducteurs de ton écriture. Je t’en remercie.

Je pourrais parler longuement de ce livre, mais ce sera pour une prochaine rencontre. J’espère.

Merci.

Réjean G…

______________________________________

Le 25 juin

Bonjour Monsieur Tremblay,

Un petit mot pour vous remercier de l’agréable moment que j’ai passé à la lecture du Grand Livre.

Vous évoquez la vie dans un petit village de l’Ontario avec beaucoup d’exactitude. Que c’est rafraîchissant de se retrouver dans vos pages. Aussi, j’ai apprécié votre ouverture, votre générosité et votre vulnérabilité en nous présentant cet amitié sans pareille. La conclusion (L’amour vainc tout) était pour moi un message d’espoir qui m’a touché et ému.

Au plaisir

Rachel D…

_______________________________

Grand Lac Café

Entretien avec Éric Robitaille

L’auteur et poète Gaston Tremblay vient nous présenter son dernier roman « Le grand livre » publié aux Éditions Prise de parole. Il y raconte sa jeunesse avec son grand ami et complice André Paiement.

Gaston Tremblay raconte ses souvenirs de son ami Paul-André :

http://www.radio-canada.ca/emissions/grands_lacs_cafe/2011-2012/chronique.asp?idChronique=229355   via @RC_Radio

__________________________________________

Reçu le 5 juillet

Allô,

J’arrive a la fin du  »Grand Livre »que d’ailleurs  je trouve magnifique nostalgique plein de beaux souvenirs.

Gaston ma fait sourire rire et même pleurer!

Merci beaucoup

Rita T…

_____________________________

Reçu le 7 juillet

Le Grand Livre est superbe, il garde ton intérêt du début à la fin.

A must read

J’aime

Jeanne T…

______________________________________

<16 juillet

Au bord de la mer, j’ai lu le Grand livre d’un trait, en 2 jours.

J’ai ri, j’ai pleuré. Je suis émue, admirative.

Je salue le chemin que tu as parcouru et le geste si noble d’ouverture, et de lâcher prise que tu as posé.

Merci d’avoir tout colligé, tout fignolé, tout partagé.

Comme votre Livre, à André et toi, tu es GRAND.

Annick d…

Le 20 juillet

______________________________________

Salut Gaston,

Anyway…. je t’envoie une petite note juste pour te dire que je viens tout juste de terminer Le grand livre…  que j’ai acheté chez Michaud Levesque.

… Wow!

Beaucoup trop d’émotions, de sentiments, et de choses à dire, que je ne pourrais vraiment pas exprimer comme il faut, par écrit maintenant (ou jamais).

Il va falloir s’asseoir un jour ensemble, prendre un verre de vin (ou deux) et en discuter.

Entretemps, j’en profite pour en parler avec quelques-unes de tes sœurs.

Félicitations pour Le grand livre Gaston. Ça doit faire du bien.

Amitiés,

Colette N…

_______________________________________

Reçu de Robert D… le 20 août 2012,

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et de plaisir ton dernier ouvrage que je me suis procuré chez ton oncle Albert. J’ai beaucoup apprécié ta description subtile de Paul-André ainsi
que  ton appréhension de la vie à Sturgeon durant les années 50 et 60.
Surtout tu as bien saisi la complexité de l’adolescence.

Ce que j’ai surtout apprécié est ton effort de décortiqué les nombreux noeuds
de notre vie.

Bref, bravo.

Salut,

Robert

_____________

Le 15 septembre

Salut mon vieux,

Je viens de relire ton Grand Livre, et une certitude se confirme… ton œuvre est symphonique… ce livre est un opéra célébrant l’amitié, celle que rien n’altère et qui vaut son pesant d’or, le bon vieux temps qui n’est finalement qu’une fable, mais que l’on se remémore toujours avec nostalgie, et la promesse des lendemains radieux, comme lorsqu’à la fin de ton récit, encore jeune homme, tu pars en voiture vers l’Ouest, pour grandir… mais là ne s’arrête pas la comparaison… alors, mon vieux, filons la métaphore ensemble par-delà les mots et l’espace… comme dans tout opéra, tous les chanteurs, peu importe leur importance, font leur tour de chant à un moment ou à autre, du stentor au soprano, du chœur au soliste… et la musique est là bien présente… celle des années soixante, celle de ta jeunesse, et surtout celle de l’amitié… la narration répond elle aussi aux exigences de l’opéra… tout y passe, les arias lorsque les extraits de musique envahissent le texte, les récitatifs lorsque le protagoniste s’épanche sur son cœur, seul dans sa chambre jaune, couleur d’éternité, les chœurs lorsque les autres personnages entrent en scène pour briser la solitude, les intermèdes lorsque le narrateur prend la parole pour ponctuer et épicer le récit. N’oublions pas l’orchestre tantôt symphonique quand l’histoire des quatre amis prend le dessus, tantôt de chambre lorsqu’Albert et Paul-André se retrouvent ensemble… Ajoutons le fameux livret secret dont toi seul es dépositaire et dont tu laisses quelques bribes s’échapper de-ci de-là pour que nous comprenions mieux les enjeux sous-jacents de l’histoire… l’écriture, quant à elle, est tout ce qu’il y a de plus musicale… le cœur de la prose bat sans cesse, suivant au plus près les émotions des personnages, et les tiennes… Finissons, si tu le veux bien, mon ami, avec toi, le chef d’orchestre qui mène avec brio tout son monde, à la baguette, oserais-je dire, et qui, le cœur lourd, ne peut finalement pas s’empêcher de suivre la partition qu’est la vie…

Mon cher ami, tu as livré ici un combat épique, digne des preux chevaliers, combat où deux sœurs ennemies : la réalité et la fiction, ont dû rendre les armes. Tu nous as offert un pur moment d’art lyrique, et je crois sincèrement que ton grand œuvre est bel et bien fini… que la fiction t’attend… Saluons donc, chapeau bas, cet exploit.

Thibault

Le 15 septembre

Une réflexion sur “Vos commentaires au sujet du Grand Livre”

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s