Turbulences

Turbulences couvertureTurbulences,

Enfin… Aujourd’hui, j’espère finaliser mon manuscrit de poésie et de le soumettre aux éditeurs.

Avec toute l’angoisse que cela suppose.

Pour m’amuser et surtout pour me donner une erre d’aller, la semaine passée, j’ai créé une maquette de couverture avec une photo de mon fils. Ayant été éditeur, je n’ai aucune illusion, ce ne sera pas nécessairement celle qui sera retenue.

Mais… je vais tout de même défendre mon projet, et pour mieux préparer mes arguments je vous invite à évaluer mon projet de couverture en lui accordant de 1 à 5 étoiles. En plus, je serais reconnaissant de recevoir vos suggestions et vos commentaires. Qu’elle soit positive ou négative, la critique est toujours constructive.

Pourquoi Turbulences, parce que la turbulence suppose un certain bien-être, un high,  suivit d’une chute subite et beaucoup d’anxiété et d’angoisse. Donc, le recueil s’ouvre sur deux cycles d’amour, et propose ensuite cinq cycles de turbulences et de chutes libres.

Au plaisir de lire vos commentaires.

J’aimerais jouer de mon amour

J’aimerais écrire comme l’on joue de la musique

J’aimerais jouer de la guitare comme on écrit des poèmes

En pinçant mes mots délicatement

Mes doigts qui glissent le long de ces cordes sensibles

Une envolée

Comme feuilles qui frémissent dans l’air

Comme plume qui virevolte, qui tournoie dans le vent

Un oiseau juché sur un vers

Les accents de son chant qui s’accrochent à mon interligne

Le rythme de ma chanson

Comme son bec qui picore, comme une pointe de plume qui grince

Un vers, une strophe, un poème et même un recueil

Ne suffirait pas à dire tout ce qui doit se dire.

Laissez ces mots venir à vous, comme l’encre sur cette page.